Code du jour Compte Gratuit Ajouter aux Favoris Mon Actu
Encore
PLUS
de
Sexe Amateur

natasha

Natasha la bonne suceuse
Date de publication : 07/01/11

Natasha la bonne suceuse

Voir sa Contrib ...



mumu

Mon cadeau de noel sexy !
Date de publication : 07/01/13

Mon cadeau de noel sexy !

Voir sa Contrib ...



coralieexhib

Coralieexhib se gode la chatte et le cul
Date de publication : 06/11/12

Coralieexhib se gode la chatte et le cul

Voir sa Contrib ...



diana

Une bonne baise intense
Date de publication : 14/12/10

Une bonne baise intense

Voir sa Contrib ...



christina

Ma chatte est toute mouillée !!!
Date de publication : 14/03/13

Ma chatte est toute mouillée !!!

Voir sa Contrib ...



marine

Une turlutte à Monsieur
Date de publication : 19/03/13

Une turlutte à Monsieur

Voir sa Contrib ...



loana

J''aime faire ejaculer les hommes !
Date de publication : 05/10/10

J''aime faire ejaculer les hommes !

Voir sa Contrib ...



fanfan

Après-midi de sexe avec mon amant
Date de publication : 07/10/11

Après-midi de sexe avec mon amant

Voir sa Contrib ...



france

Couple exhib amateur en train de baiser
Date de publication : 21/12/11

Couple exhib amateur en train de baiser

Voir sa Contrib ...



doralice

Sodomie anale très profonde
Date de publication : 21/06/12

Sodomie anale très profonde

Voir sa Contrib ...



vanina

Bien sucé et bien pompé par des salopes en club
Date de publication : 07/03/12

Bien sucé et bien pompé par des salopes en club

Voir sa Contrib ...



bibiche

Sexe, amour et bonne petite baise !
Date de publication : 13/07/12

Sexe, amour et bonne petite baise !

Voir sa Contrib ...



Concours StripTease

Chaque mois, 3 jolies amatrices s'affrontent pour devenir la StripTeaseuse du mois !
A vous de voter pour celle qui vous plait le plus !

Accès au Concours

Vos photos exhibs

Envoyez gratuitement vos photos coquines sur mon site d'exhib !
elle mn jus attention devant

Accès aux photos

Déposer un récit
Recherche par Auteur
Recherche un récit
Home Histoires érotiques
MON AMANT L_ENDURANT24CM, UN KABYLE AU SEXE HORS NORMES
Histoire érotique N. 912, écrite le 16/05/12 par LISA_BI
MON AMANT L_ENDURANT24CM, UN KABYLE AU SEXE HORS NORMES
MON AMANT L_ENDURANT24CM, UN KABYLE AU SEXE HORS NORMES
Je m''appelle LISA, j''ai 25 ans, je suis brune, moyenne et bien potelée. J''attire souvent les regards des hommes avec mon 90C et mes fesses bien formées, montées sur de longues jambes, et j''avoue que cela me plaît. Je suis mariée avec Olivier depuis maintenant trois ans et je suis consciente que si tout se passait bien au début, la routine a vite gagné notre vie de couple, au point que j''ai eu envie de le quitter. Mais laissez-moi plutôt vous raconter pourquoi je suis restée...

Il y a donc deux ans de cela, la routine commençait à gagner notre couple. L''homme sportif et drôle - un grand brun aux yeux verts - que j''avais connu se transformait peu à peu - disons-le clairement - en BEAUF !

Avant, nous passions des week-ends romantiques à nous balader, à discuter, à partager nos activités... Maintenant, c''est son club de foot qui passe avant tout le reste, moi y compris. Entre les entraînements de la semaine, les compétitions du dimanche, la télé entre potes les soirs de match... Bref, j''avais ma dose, jusqu''à ce que je trouve mon propre intérêt dans les "membres" de son club.

C''était au mois de mai. Olivier avait organisé un barbecue, le samedi soir, à la maison, pour galvaniser ses troupes en vue d''un match important le lendemain. J''oubliais de vous dire: Olivier est évidemment le capitaine de son équipe de dernière division départementale, catégorie pieds tordus.

Comme d''habitude dans ce genre de soirées, les hommes étaient autour du barbecue, une bière à la main, en train de refaire les matchs précédents ou de stratégiser sur le prochain, en rêvant des éventuelles répercussions sur leur classement, tandis que leurs épouses ou compagnes du moment se prélassaient dans les chaises longues du jardin en déblatérant sur les célébrités en vue et leurs aventures, plus ou moins cachées ou réelles.

Moi, comme toujours, en bonne maîtresse de maison, j''allais d''un groupe à l''autre avec les plats, entre les bouteilles pleines à vider et les verres vides à remplir.

Je ne sais pas pourquoi, cette soirée en particulier me devenait pénible. Peut-être parce que c''était la je-ne-sais-plus-combien-tième depuis le début de la saison ou peut-être tout simplement me rendais-je compte que je n''avais ma place ni dans l''un, ni dans l''autre groupe.

En tout cas, je songeais sérieusement à aller me coucher avant même la fin de l''apéritif, lorsqu''une conversation accrocha mon oreille et mon intérêt par la même occasion.

Les filles, sans doute grisées par la haute teneur en alcool du petit vin d''oranges maison, avaient dévié des sempiternelles coucheries de stars vers un thème bien plus intéressant : le sexe.

Lorsque je m''approchai d''une oreille attentive, je compris qu''elles en étaient aux performances et mensurations de leurs hommes respectifs qui, à quelques mètres de là, ne se doutaient pas que leurs attributs étaient décrits publiquement avec force détails et à grand renfort de gestes ou de comparaisons avec des fruits et légumes, tels que la banane ou la carotte.

Un peu à l''écart de la discussion, je riais doucement en sirotant ma pina-colada à la paille. J''observais chacune de ces bimbos vanter les mérites de leurs apollons. Je les soupçonnais d''en rajouter un peu, voir beaucoup, sur les détails techniques.

Pour ma part, je me disais qu''il valait mieux pour Olivier que je n''entre pas dans la conversation, car son équipement était loin de la moyenne de ceux que j''avais connus auparavant, encore moins de ceux que ces filles décrivaient.

C''est à ce moment-là que je me rendis compte que dans son coin, la timide Nancy rougissait, mais ne pipait pas un mot. Je fis donc le tour du groupe pour me poser sur le transat laissé libre à ses côtés. Je lui murmurai :

- Ca va, tu arrives à suivre ?

En effet, Nancy, comme son nom ne l''indique pas, est Allemande, fraîchement débarquée de sa Bavière natale avec son mari Francais d''origine Algérienne. Si lui était grand, coustaud, brun à la peau très bronzée, elle était petite, brune teinte en blonde (les filles savent reconnaître ces détails), avec des formes très avantageuses, car un peu rondes.

- Je comprends toujours plus que l''on croit, me répondit-elle avec son accent si charmant.

- Il faut dire qu''avec tous leurs gestes, y a pas vraiment besoin de comprendre la langue ! lui dis-je, avec un clin d''œil.

Elle me sourit gentiment d''un air entendu.

- Et toi, ton Algérien, il est comment ? lui demandai-je.

Elle se remit à rougir et n''osa pas répondre.

- Allez ! Tu vas pas faire ta timide ! Toutes les filles ont déjà décrit leur mec. A ton tour, lançai-je, en me gardant bien d''éviter de faire remarquer que moi aussi, j''avais sauté mon tour. Il est plutôt du genre petit cure-dent ou grosse saucisse ?

Elle rougit encore et je la vis qui voulait bien en parler, mais pas à tout le monde.

- Fais-moi voir avec tes mains, au moins. Sinon je leur fais remarquer que t''as encore rien révélé !

Là, j''y allais un peu fort, mais elle avait trop attisé ma curiosité pour que je la laisse éviter le sujet. Toujours timidement, elle jeta un coup d''œil circulaire pour voir si personne ne la regardait et, rapidement, m''indiqua avec ses deux mains un engin d''à peu près vingt centimètres et plus encore ?. Pas loin du double de mon Olivier.

- Nan, je lui dis, j''y crois pas. Elle doit être fine, pour être si longue !

Même rituel de vérification de l''entourage, et elle m''indiqua, avec ses deux mains, un diamètre hors norme, nettement trop large pour une seule main ! Là, je ne pus m''empêcher de penser qu''Olivier était battu à plate couture.

- Tant que ça ? Mais comment fais-tu pour t''occuper d''un tel monstre ? lui demandai-je.

Elle rougit encore et me dit dans un filet de voix:

- J''ai un peu de mal avec la bouche, mais ça m''excite tellement, que le bas passe très bien.

Je n''en croyais ni mes yeux ni mes oreilles. Je ne pouvais détacher mes yeux de ses mains, qui avaient décrit un engin pareil. Soudain, dans un flash, je me tournai vers le groupe des garçons et je vis Mourad (puisque c''est son prénom), debout au milieu des autres, les dépassant d''une tête avec sa toison noire. Je l''imaginai surtout nu, polu, velu, avec sa touffe surplombant une queue qui lui descendait jusqu''au milieu de la cuisse. Nancy surprit mon regard et, loin de s''offusquer, me sourit d''un air complice.

- Tu me le prêterais ? lui demandai-je en riant.

Elle se mit à rire elle aussi, mais ne répondit pas.

En moi-même, je pensai :

"Ma petite Nancy, d''accord ou pas, je vais me le faire, ton ENDRANT de mari!"

Mon sexe en palpitait déjà d''envie.

J''avais hâte que la soirée se finisse. Toutes les cinq minutes, je jetais un œil en direction du viril Algérien, et je ne pouvais lever mon regard de son short, qui avait l''air bien rempli.

Plus tard, lorsque tous les invités furent partis, non sans que je fasse une bise appuyée d''un clin d''œil à Nancy, pour son "tuyau", et que je me frotte un peu à Mourad, je ne pouvais toujours pas chasser l''image de cet engin de mon esprit.

Une fois au lit, Olivier commença à me caresser et fut fort étonné de me trouver déjà toute mouillée.

- C''est pour moi que tu mouilles comme ça ? me demanda-t-il.

- J''ai rêvé de sexe toute la soirée ! lui répondis-je, sans mentir.

Il me tripota le clitoris maladroitement, à son habitude. Je me plaçai donc rapidement en levrette pour qu''il me prenne sans que je le vois et, surtout, pour que je puisse me tripoter moi-même. Je cambrai les reins au maximum et l''encourageai :

- Vas-y, prends-moi à fond...

Je l''entendais souffler comme un bœuf pendant qu''il me pilonnait. J''imaginai la grosse queue de Mourad déchirant mon antre alors que j''agitais frénétiquement mes doigts sur mon petit bouton d''amour. Je ne tardai pas à jouir, à ce rythme-là, alors qu''Olivier m''envoyait la purée, avant de s''écrouler, épuisé.

Aussi sec, il se retourna et me lança :

- Bonne nuit, mon amour. Demain, je me lève tôt pour le match.

Le salaud me laissait en plan, sur ma faim, pour son stupide match de foot.

Toi, mon ami, tu ne perds rien pour attendre. Tu seras cocu bientôt.

Le lendemain matin, je me lève tard. Olivier est déjà parti. Mon sexe est déjà en feu, car j''ai rêvé toute la nuit de la queue géante de Mourad. Un plan a d''ailleurs germé dans ma tête pour parvenir à mes fins. Pour une fois que le foot va me servir à quelque chose !

Il fait déjà chaud et je me prépare rapidement. Un petit tour sous la douche pour me faire belle. Au passage, il faut que j''éteigne le feu qui brûle mon bas-ventre. Je dirige le jet sur mon clitoris. L''écoulement de l''eau sur mon bouton d''amour m''excite au plus haut point. Je ne tarde d''ailleurs pas à jouir en gémissant très fort.

Ce Mourad fortement membré va devoir éteindre lui-même ce qu''il a contribué à initier - bien involontairement, je dois le reconnaître -.

Déjà 11 heures. J''enfile une robe d''été ample et légère. Elle laisse deviner ma poitrine ferme dont les tétons pointent agressivement. J''enfile un string blanc minimaliste et je me ravise. Après tout, autant ne pas en mettre, ça aidera peut-être à calmer mes ardeurs.

Je saute dans ma voiture, direction le stade. C''est bien la première fois que je suis excitée d''aller voir mon homme jouer au ballon. Le contact du cuir du siège sur mes lèvres lisses m''électrise encore plus. Heureusement que le chemin n''est pas long, sinon j''aurais tout trempé.

Une fois arrivée, je me glisse au premier rang des gradins, avec le lot des supportrices, dont la plupart était chez moi hier soir. Nancy n''est pas là, tant mieux pour moi. Mon mari est sur le terrain et court partout et en tout sens. Je cherche désespérément des yeux mon cher Mourad, mais je ne le vois pas.

En fait, on se trouve juste au-dessus du banc des remplaçants de « notre » équipe et c''est lorsqu''il se lève que je le vois enfin.

Il attrape une bouteille d''eau et, tout en buvant, se tourne vers nous. Il m''aperçoit et me sourit, quand je le vois qui bloque et manque de s''étouffer. Je ne comprends pas tout de suite, mais je suis son regard et m''aperçois que, de là où il est, comme je suis en hauteur, il peut tout voir de mon abricot minutieusement taillé et entièrement dévoilé.

Lorsque je me rends compte de la vision qu''il peut avoir, au lieu de fermer les cuisses, comme l''aurait fait n''importe quelle femme sage, je les écarte négligemment, en le fixant droit dans les yeux.

Il rougit aussitôt et ne sait plus quoi faire. Il finit par se rasseoir, tout confus. Je me dis :

« Un point pour toi, ma LISA! »

Le match se termine sur une victoire difficilement conquise par nos joueurs. Les hommes filent aux douches. J''avoue que j''aimerais bien aller y jeter un oeil pour m''assurer de l''équipement des joueurs.

Lors du traditionnel pot de l''amitié, j''embrasse rapidement et distraitement mon mari et vais me servir un verre de sangria. Au passage, je me frotte à Mourad qui, lorsqu''il se rend compte à qui appartiennent ces seins arrogants, ne sait encore plus où se mettre.

Je me faufile de groupe en groupe et j''entends au passage l''opportunité qu''il me manquait : Nancy, qui était arrivée entre-temps, est en effet en train d''expliquer à Olivier, le capitaine, qu''elle ne pourra pas laver les maillots de l''équipe comme d''habitude, car leur machine est en panne. Olivier semble très embêté. Je saute dans la conversation et leur dis :

- Si vous voulez, je peux le faire en attendant que votre machine soit réparée !

Olivier est tout surpris, car j''ai toujours refusé de prendre en charge leurs maillots puants de sueur. Me taper les matchs, passe encore ; faire la bonniche, non merci !

Mais là, j''ai une autre motivation, d''au moins vingt quatre centimètres.

- Mourad n''aura qu''à me les amener demain soir, Olivier rentre tard. On boira un verre pendant que ça tournera et il pourra les remmener pour que tu les fasses sécher au sèche-linge, car nous n''en avons pas. En une heure, c''est bouclé !

Olivier est ravi de cette solution et Nancy se sent rassurée que le problème soit réglé sans qu''elle perde le contrôle de cette tâche qui la rend utile.

Le lendemain soir, je suis excitée comme une puce. J''ai passé la journée à préparer la soirée. Je me suis apprêtée au mieux : une robe noire légère, fendue sur le côté et, bien entendu, rien en dessous. Des escarpins très hauts qui me font la jambe un peu plus longue et bien galbée. Quelques traits de maquillage, lumières tamisées.

Je mouille déjà comme une fontaine à l''idée de ce qu''il va (enfin) se passer.

À 19 heures pile, ponctualité berbère, Mourad sonne à la porte. Il porte une chemise blanche sur un pantalon en jean crème et, surtout, un énorme sac de linge. Je me rappelle maintenant pourquoi je n''ai jamais voulu m''en occuper. Il me dit timidement :

- C''est pour les maillots.

- Ah oui, viens, c''est par-là, lui réponds-je, en montrant le chemin du sous-sol où se trouvait notre machine.

Une fois arrivés, je lui dis :

- Pose le sac. Tu vas me passer les maillots et je les mettrai dans la machine.

Il s''accroupit donc pour me passer un premier maillot. Je me penche volontairement à l''extrême, jambes tendues et légèrement écartées, pour enfourner le tissu dans le tambour frontal de la machine. Au deuxième maillot, je me retourne et le vois rougir d''un seul coup. Je fais mine de ne rien voir et continue mon manège.

Après que nous ayons vidé le sac, je mets la machine en route, je me retourne vers lui et le provoque :

- Mais qu''est-ce que tu regardes comme ça, espèce de cochon ? T''es encore en train de mater sous ma robe, comme au match hier ?

Il est confus et bredouille des excuses.

- Qu''est-ce que tu cherches ? Tu veux voir ma culotte ?

Je lève le bas de ma robe et lui montre mon minou épilé, avec juste un petit triangle sur le haut du pubis.

- C''est pas la peine, je lui dis. Tu vois, j''en ai pas. Va falloir te faire pardonner tes sales manières !

Sans qu''il ait le temps de réagir, je m''approche de lui, qui est toujours accroupi, le visage à hauteur de mon abricot, et lui dis :

- Fais-lui un bisou pour te faire pardonner.

Il bredouille encore quelques mots confus et ne sait que faire.

- Tu veux que je dise à ta femme que tu me mates sans arrêt ? Allez ! Embrasse mon sexe et ça restera entre nous, lui lançè-je, en posant ma main sur sa tête et en l''approchant de mon sexe brûlant pour lui indiquer le chemin.

Hypnotisé par la vision, il s''approche timidement et pose un léger baiser sur mon pubis.

- Encore ! Et mieux que ça ! N''hésite pas à y mettre ta langue, cochon ! l''exhortè-je.

Je sens déjà le jus de mon sexe commencer à couler le long de mes jambes tellement je suis excitée. Il avance de nouveau sa tête et pose plusieurs baisers à la suite. Enhardi par ma réaction, il pointe sa langue sur mes lèvres lisses. Ce contact m''électrise. Il continue à jouer de sa langue sur mon sexe, glisse entre les lèvres et remonte vers mon clitoris, dressé comme un petit sexe, qu''il décapuchonne. Cette langue chaude et humide sur mon sexe trop excité me provoque une décharge de plaisir inattendue.

- C''est trop bon, continue...

Mourad, à mes pieds, ne fait plus du tout le timide et, voyant que je lâche le contrôle, suite aux sensations qu''il me provoque, prend de l''assurance et empoigne mes hanches pour leur imprimer un mouvement d''avant en arrière.

Je me frotte littéralement sur sa langue qui fouille les moindres recoins de mon sexe.

Pendant ce temps, j''ai lâché sa chevelure abondante pour prendre en main ma poitrine dure aux tétons dardés par l''excitation. Je les libère de la robe et commence à les pétrir sans ménagement.

Mourad me fait allonger pour avoir plus de latitude et continue ses jeux de langue, pendant qu''il use de ses doigts pour pénétrer mon vagin dégoulinant de cyprine.

Je soulève mon bassin en cadence pour venir à la rencontre de ses doigts investigateurs. A ce rythme-là, je ne tarde pas à sentir la jouissance monter jusqu''à exploser littéralement, alors que je plaque la tête de Mourad sur mon sexe pour qu''il continue, pendant que mon corps est secoué des spasmes du plaisir.

Epuisée, je me laisse tomber sur le carrelage.

- On ne m''avait jamais fait jouir aussi fort avec la langue. A moi de te remercier ! dis-je, en me jetant littéralement à genoux devant son bassin.

Le tissu du jean est plein à craquer. La situation a l''air de lui plaire. Je pose ma main sur sa poitrine et le fais s''allonger, pour me laisser reprendre le contrôle des évènements. Je déboutonne sa chemise et dépose des baisers sur tout son torse bombé et poilu. Je lèche ses tétons et les mordille avec gourmandise.

Je descends lentement vers mon objectif. Je défais sa ceinture et les boutons de son jean.

L''objet de ma gourmandise, moulé dans un boxer, n''est plus séparé de ma bouche que par une infime barrière de tissu. Je passe ma main le long de ce colosse chaud et puissant et le branle à travers le tissu. Je sors ma langue au maximum et je la passe sur son gland.

Mourad a fermé les yeux et gémit de plaisir. Je passe une main de chaque côté du boxer et le fais glisser vers le bas pour libérer le monstre. Lorsque le diable sort de sa tanière, je comprends que Nancy n''a pas exagéré : son engin est vraiment énorme. Il me faudrait une troisième main pour le couvrir entièrement sur la longueur, et encore ! Je n''arrive pas à l''entourer entièrement de mes doigts.

Mes lèvres palpitent déjà à l''idée de sentir cette colonne de chair à l''intérieur. Je prends l''objet en main et commence à lécher la hampe sur toute sa longueur. D''une main, je soupèse ses bourses, énormes et lisses. Il doit se les raser.

Ma main court le long de l''engin, et je prends le gland en bouche.

Mourad gémit à la sensation de ma langue chaude sur son gland. J''essaie de gober toute sa tige, mais elle est tellement grosse que je n''arrive même pas à la moitié, alors que je la dévore à pleine gorge, à la limite du trop-plein. Je suce et lèche ce gourdin comme une vorace, alternant les passages dans ma bouche avec les caresses de ma langue, branlant l''animal énergiquement sous les gémissements de ma proie.

Je sens qu''à ce rythme, Mourad ne va pas tarder à venir et c''est justement ce que je cherche. Je veux sentir sa semence chaude m''exploser dessus.

Je branle maintenant ma victime à deux mains, léchant le bout avec gourmandise, quand je sens l''engin grossir encore jusqu''à m''exploser au visage.

Je prends quelques jets longs et épais dans la bouche mais, surprise par la puissance, je dois laisser les autres s''envoler vers mon visage et mes seins. Moi qui ai toujours refusé ce final à mon mari...

Je me régale ensuite à lécher avidement les moindres traces de jus d''amour. Puis je remonte le long du corps de mon amant épuisé et l''embrasse à pleine bouche, lui faisant goûter ses propres sécrétions. Je reconnais d''ailleurs sur sa langue le goût de ma cyprine.

Mourad est littéralement vidé, mais je n''en ai pas fini avec lui. Ma petite chatte réclame son gros bâton, dont elle rêve depuis plusieurs jours maintenant.

Je commence donc à me frotter le clitoris sur la longue tige à moitié ramollie. Je quitte ma robe maculée de traces suspectes, pour donner ma poitrine à téter à l''objet de mes désirs. Il joue de sa langue si habile sur mes tétons dressés d''excitation et les gobe avec bonheur. Sa queue reprend doucement sa taille hors norme, au fur et à mesure de mes mouvements de bassin.

Mourad le berbère recommence à gémir de plaisir et m''attrape les fesses pour imposer son rythme. Lorsque je le sens dur à ma convenance, je prends sa longue hampe et la présente à l''entrée de ma grotte aux plaisirs.

Le calibre est vraiment en dehors de toutes les catégories que j''ai pues connaître auparavant et j''appréhende un peu, mais mon sexe est tellement lubrifié par l''excitation que l''entrée se fait en douceur.

Je n''en reviens pas de pouvoir faire entrer un tel engin en moi. Je me sens incroyablement remplie par cette colonne de chair qui vient buter contre le fond de ma matrice.

Je laisse passer quelques secondes, pour m''habituer à ces dimensions exceptionnelles, et je me mets doucement à aller et venir sur cette barre de chair. Je joue à me pénétrer uniquement du bout de la hampe, pour quelques allers-retours, avant de m''empaler dessus.

C''est vraiment trop bon ! Mourad semble beaucoup apprécier mes initiatives et je sens monter de nouveau la pression, mais il est encore trop tôt, j''en veux plus.

Je me lève et je prends appui sur la machine à laver, qui tourne maintenant à fond pour l''essorage. Je me tourne et lui dis :

- Prends-moi par derrière, mon salaud, je veux te sentir me défoncer le plus loin possible.

Il ne se fait pas prier et vient vers moi, la pine à la main. Il me l''enfonce petit à petit, centimètre par centimètre, savourant sa supériorité qui lui donne accès à des plaisirs interdits. Je crois que la vision de mes fesses rebondies offertes à ses caprices l''excite encore plus.

C''est à grands coups de boutoir qu''il me prend sans ménagement. Me tenant par les hanches, il me défonce en jurant en Kabyle. Il prend mes fesses dans ses mains et se déchaîne dessus.

Surprise, je sens son pouce s''immiscer dans sur ma petite rondelle. Je ne suis pas habituée à ce genre de caresses et cela me déclenche un nouvel orgasme. La pression monte de plus en plus, les vibrations et les mouvements de la machine à laver, accordés au piston géant qui me perfore à tout va, déclenchent de nouvelles sensations.

Mourad ne tarde d''ailleurs pas, lui non plus, à jouir sous ce traitement, et nous poussons ensemble un long râle de plaisir.

Définitivement épuisé, Mourad est maintenant penaud, le pantalon sur les genoux, le drapeau en bannière. Je le remercie avec une bise sur la joue et lui remets les maillots désormais propres en lui disant :

- Merci, Mourad, pour cette séance exceptionnelle, mais dépêche-toi de rentrer, Nancy va t''attendre.

Il part précipitamment sans demander son reste. Nous nous sommes vus de nombreuses fois par la suite, mais ça, ce sera le sujet de nouvelles confessions.

N.B / POUR VOTRE INFORMATION MOURAD MON AMANT TTBM EST PRESENT SUR CE SITE SOUS LE PSEUDO DE: L_ENDURANT24CM



Histoire érotique N.912 écrite par LISA_BI
Vos Commentaires :
Vos réactions :

Il n'y a pas encore de réaction à cette histoire porno.
Soyez le premier à réagir !

- Catégorie de ce récit érotique : Infidélités 


100% Ejaculation Faciale Amateur !


Autres histoires erotiques : l''auto-stop Damien 50 - Touré droguée et baisée Annick fait jouir du monde dans les caves premex Ma belle fille (6) Elle en Rêve Les dessous d´un top-model - V CAROLINE MON AMOUR, MON INFIRMIÈRE SEXY Joelle et Karen Une petite vierge

100% récit prono amateur certifié !

Lire des histoires érotiques de sexe amateur

Histoires érotiques, Des récits cochons et porno pour leplus grand plaisir des amateurs d'histoires ponographiques gratuites.
Erotisme et fantasme pour ces récits cochons !

Tous les couples libertins qui s'exhibent sur mon site sont majeurs.