Code du jour Compte Gratuit Ajouter aux Favoris Mon Actu
Encore
PLUS
de
Sexe Amateur

emy

Une bonne petite baise
Date de publication : 20/08/12

Une bonne petite baise

Voir sa Contrib ...



capucine

Moi aussi je suce sa queue !
Date de publication : 24/08/12

Moi aussi je suce sa queue !

Voir sa Contrib ...



natoux

Ma copine est en chaleur !!!
Date de publication : 22/12/12

Ma copine est en chaleur !!!

Voir sa Contrib ...



angelique

Je masturbe la bite de mon copain
Date de publication : 04/07/11

Je masturbe la bite de mon copain

Voir sa Contrib ...



clemence

Le striptease d''une chaude asiatique
Date de publication : 10/01/10

Le striptease d''une chaude asiatique

Voir sa Contrib ...



simone

baiser par mes deux collègues lors d''un séminaire
Date de publication : 12/12/11

baiser par mes deux collègues lors d''un séminaire

Voir sa Contrib ...



elora

J''ai baisé une vraie bonne grosse salope !
Date de publication : 21/05/12

J''ai baisé une vraie bonne grosse salope !

Voir sa Contrib ...



michelle

Je suis une femme chaude à prendre !
Date de publication : 17/04/11

Je suis une femme chaude à prendre !

Voir sa Contrib ...



mathilde

Une grosse partouze
Date de publication : 18/06/10

Une grosse partouze

Voir sa Contrib ...



lena

J''aime la bite !
Date de publication : 09/10/12

J''aime la bite !

Voir sa Contrib ...



mia

La chaude salope asiatique
Date de publication : 08/08/10

La chaude salope asiatique

Voir sa Contrib ...



mona

Je recois un homme pour me faire baiser
Date de publication : 16/11/12

Je recois un homme pour me faire baiser

Voir sa Contrib ...



Concours StripTease

Chaque mois, 3 jolies amatrices s'affrontent pour devenir la StripTeaseuse du mois !
A vous de voter pour celle qui vous plait le plus !

Accès au Concours

Vos photos exhibs

Envoyez gratuitement vos photos coquines sur mon site d'exhib !
HELLO

Accès aux photos

Déposer un récit
Recherche par Auteur
Recherche un récit
Home Histoires érotiques
J''AI OBLIGÉ LA MÈRE DE MA COPINE A SE DONNER A MOI
Histoire érotique N. 987, écrite le 16/07/12 par L_ENDURANT24CM
J''AI OBLIGÉ LA MÈRE DE MA COPINE A SE DONNER A MOI
J''AI OBLIGÉ LA MÈRE DE MA COPINE A SE DONNER A MOI
Je fréquente une fille de 32 ans depuis sept mois environ, mais lorsque j''ai vu sa mère je me suis dit : je me la taperai bien. Elle a cinquante ans, divorcée depuis douze ans et un corps plus bandant que celui de sa fille. Chaque fois que je saute ma copine je pense que c''est sa mère que j''ai dans les bras. Dernièrement, j''ai couché chez eux et le matin au petit déjeuner j''ai vu Francine puisque tel est son prénom en chemise de nuit de satin écrue avec une veste polaire sur les épaules car il faisait très froid. Philippe son ami était présent également. Dès qu''il eu fini son petit déjeuner il quitta la cuisine me laissant seul avec elle. Je la matais en douce chaque fois qu''elle me tournait le dos, j''admirais ses cuisses couvertes à mi hauteur. A un moment, elle ouvrit le frigo pour prendre un produit et pour se faire elle dut se courber en avant ce qui eu pour effet de relever sa nuisette. J''en ai profité pour me plier sur ma chaise. Vu la position qu''elle avait prise, elle ne pouvait me voir ainsi renversé et j''ai pu mater un court instant ses fesses qu''aucune étoffe ne couvrait, ce qui me fit bander sur le champ. Heureusement que j''étais en jeans celui-ci cachait mon érection. Je suis monté rejoindre ma copine et après avoir retiré mes vêtements je me suis couché sur elle, je l''ai pénétré rapidement et me suis vidé en pensant à Francine. Le week end suivant Philippe étant absent, elle en profita pour sortir en boite le samedi soir. Informé de cette sortie j''ai prétexté un rancard avec des copains pour quitter mon amie plutôt et me suis dirigé vers la boite où elle était censée être et j''ai fait le guet. J''ai repéré sa voiture et dès que cela fut possible je me suis garé en face de la sienne, il n'' était pas question que je rentre dans la boite je voulais simplement savoir si elle rentrerait seule où pas. Le soir en arrivant chez eux et avant qu''elle ne parte je l''avais vu et je peux vous dire qu''elle était bandante, jupe noire plissée courte avec un pull rouge bien échancré sur la poitrine, des bottes noires également et des collants très fins.
C''est vers trois heures du matin qu''elle est sortie de la boite, elle était en compagnie d'' un homme de son âge. Elle rejoint sa voiture face à la mienne ce qui me permit de voir la scène au premier rang. Dans un premier temps le gars essaya de l''embrasser, elle le repoussa regardant si on la voyait, puis croyant que personne n''était sur le parking elle céda aux avances du type. S''en suivit une discussion. A priori le gars souhaitait qu''elle monte avec lui en voiture et je voyais au travers des gestes qu''elle lui proposait une autre solution, ils finirent par prendre chacun leur véhicule. Je les ai suivis à distance. Plusieurs kilomètres plus loin, il s''engagea dans un lotissement et elle le suivit. Trois minutes ont du s'' écouler avant qu''a mon tour je ne m''engage dans cette rue et quelques mètres plus loin j''ai localisé les deux voitures. J''ai hésité à me garer pour aller voir ce qui se passait à l''intérieur, les volets étant clos. J''ai décidé de faire demi-tour et je suis retourné devant chez elle pour l'' attendre. Il était plus de six heures lorsqu''elle finit par arriver. J''ai attendu qu''elle soit rentrée et je me suis posté derrière les volets de sa chambre, de cet endroit j''ai pu assister au déshabillage de Francine tout en me masturbant, certes il faisait froid mais je ne le sentais pas. Elle retira sa jupe, son pull, elle était en sous vêtements devant moi, puis retirant son collant et sa culotte dans un même mouvement elle les porta à son nez. J''aperçus sa chatte de blonde et je distinguais très nettement les lèvres de son sexe sans doute encore emprunt des effluves de sa baise, parce que pour moi il ne faisait aucun doute qu''elle avait baisé avec ce type, elle retira son soutien gorge puis se glissa dans ses draps sans même se laver. Elle éteignit la lumière et je fis demi-tour non sans avoir préalablement souiller son mur en éjaculant.
A présent, il me restait à imaginer un plan pour la contraindre à baiser avec moi. Le lendemain lorsque je suis arrivé et après l''avoir salué je lui ai demandé comment s''était passé sa soirée et si elle n''était pas rentrée trop tard, elle me répondit : très bien je suis rentrée vers trois heures. Sa fille la reprit et lui dit : trois heures ? je pensais qu''il était plus tard. A quoi elle répondit : non, non trois heures. Elle mentait. Le plus tôt pour mettre à profit mon dispositif était le mercredi suivant après le départ des filles et qu''elle ne travaille pas. Sachant que son réveil est vers les neufs heures, j''ai attendu qu''elle ouvre ses volets et me suis présenté à la porte. La veille j''avais volontairement oublier mon portable chez eux. Elle fut surprise de ma présence si matinale, elle était vêtue de cette nuisette écrue et d''un pull. Je ne vous dérange pas ? non, non je me lève et je prépare mon petit déjeuner, veux-tu un café me demanda t-elle ? bien sûr que je veux et autre chose aussi me suis je pensé. Pendant que nous prenions le café je suis revenu sur sa sortie du samedi. Pourquoi avez vous menti à Pripri (c''est le surnom de sa fille) en lui disant que vous étiez rentrée à trois heures ? Je ne comprends pas me dit elle. Vous êtes rentrée à six heures passé, et de plus je suis persuadé que vous avez baisé avec ce gars à Armentières. Elle me regarda et je vis dans ses yeux bleus l''inquiétude et l''étonnement, levez vous et venez près de moi ! elle s''approcha comme une automate et vint à mes cotés, de suite ma main se porta sur le creux de son genou, je lui fit retirer son pull, puis ma main remonta sous la nuisette jusqu''à ses fesses, je bandais comme un âne. Faites tomber les bretelles que j''admire ses seins que j''ai entrevus lorsque vous vous êtes couchée à SIX heures. Pendant ce temps ma main se perdait sur ses fesses, elle ne portait pas de culotte, elle fit ce que je lui demandais ainsi que d'' écarter ses cuisses et mes doigts fouillèrent sa raie fessière puis sa chatte. J''étais près à éjaculer dans mon slip tellement j''étais heureux d'' arriver à mes fins. Elle ne résistait pas, elle se savait en faute et sans en parler ne souhaitait pas que son ami et sa fille ne soient informés de sa conduite. Tout en la pelotant je m''aperçus qu''elle n''était pas insensible au traitement que je lui infligeais, sa chatte s''humidifiait et ses lèvres s''entrouvraient à l'' intrusion de mes doigts. Vous mouillez ? volontairement je continuais à la vouvoyer. Tu es un monstre me dit-elle. Et vous, une bonne salope que je vais à présent baiser comme bon me semble. Dites moi que vous avez envie que je vous baise, un petit oui s''échappa de sa bouche. Comment, je n'' ai pas entendu ? Oui, j''en ai envie, me répéta t-elle. Parfait tournez vous et retroussez vous. Face à moi elle souleva la fine étoffe et écartant les cuisses d''elle-même je vis de plus près cette chatte qui hantait mon esprit. J''ai posé ma main sur l''objet de ma convoitise puis mon index pénétra ses chairs chaudes et humides. En touchant son clitoris qui était bien bandé elle poussa un râle de contentement, je l''ai touché quelques minutes, son jus coulait sur ma main puis contractant ses cuisses, elle jouit debout dans un feulement de chatte en chaleur. Elle resta ainsi quelques instants à reprendre son souffle, moi pour ma part je bandais toujours autant, alors j''ouvris mon pantalon et l'' obligeant à rester debout je lui intimais l''ordre de me sucer. Dans cette position elle devait plier son torse. Elle s'' exécuta en prenant mon sexe en bouche. Elle faisait dos à la fenêtre et j''en profitais pour relever sa nuisette sur ses reins découvrant ainsi ses fesses et espérant que son voisin si il était dans son jardin pourrait la voir me sucer. Je lui demandais d''ouvrir ses cuisses le plus qu''elle le pouvait pour bien exposer son entrejambe à cette éventualité. Elle se pliait à toutes mes demandes sans broncher.? Elle baissa entièrement mon pantalon pour pouvoir encore mieux oeuvrer. J''étais au bord de l''éjaculation, je n''ai pas cherché à retarder ma jouissance et je me déversais au fond de sa gorge. Elle recracha mon sperme et s''essuya la bouche avec la serviette qui était sur la table. Excuses moi me dit-elle mais je n''avale pas. Elle se redressa et me dit nous sommes quitte. Certainement pas ! A présent vous allez mettre les vêtements de samedi à la différence que vous mettrez des bas à la place de vos collants et si possible les mêmes sous-vêtements. Je ne les ai pas encore lavés. C''est encore mieux je suis persuadé qu''il y a encore les traces de votre baise n''est ce pas ? Elle ne me répondit pas, alors j''ai répété ma question, n''est ce pas ? Je l''humiliais et j''étais sûr qu''elle y prenait du plaisir, elle finit par me dire à voix basse : oui. Oui, quoi ? Oui, j''ai couché avec ce type. Il vous a fait jouir ? Oui, Oui quoi ? Oui, j''ai joui. Dites moi comment il vous a prise ? Après un court silence elle me raconta sa soirée. Arrivé chez lui il m''a de suite relevé la jupe, baissé ma culotte et mes collants à mi-cuisse et debout dans son couloir il m''a prise en levrette contre une commode, il s''est très rapidement vidé et nous sommes allés dans sa chambre, je me suis déshabillée devant lui ne gardant à sa demande que mes sous-vêtements. Il m''a caressé au travers de ma culotte puis me demanda de le sucer pour reprendre une érection. Ensuite il me fit me mettre a cheval sur son ventre pour le masturber en me frottant l''entrejambe sur son sexe. Dès qu'' il fut bandé, il m'' écarta la culotte et prenant son sexe en main, me pénétra d''un seul tenant. Il commença a me faire monter et descendre sur son pieu, faut avouer qu''il était bien membré et mon corps était secoué de spasmes violents, il me besogna de longues minutes et j''ai jouis plusieurs fois de suite avant qu''il n''éjacule en moi, les salves de son sperme ont déclenchées dans mon ventre un gros orgasme. Nous nous sommes assoupis un court instant. Après quoi, il me retira tous mes sous-vêtements, se coucha sur moi une troisième fois, et sa queue vint se glisser dans mon nid d''amour. Cette dernière chevauché dura plus d''une demi-heure et me procura de nouveaux et nombreux orgasmes, il se retira de mon ventre et s''installant sur ma poitrine il m'' obligea à le sucer jusqu''à ce qu''il finit par éjaculer une dernière dose de sperme dans ma bouche. Je me suis relevée, habillée et je suis rentrée me coucher.
Son aventure m''avait redonné de l''appétit et nous sommes allés dans sa chambre, après avoir fermé la fenêtre elle s''habilla devant moi tel que je lui avait demandé, elle récupéra dans son panier à linge les sous-vêtements souillés de sa folle nuit d''amour à Armentières. J''étais sur le lit, allongé attendant qu''elle me rejoigne. Dès qu''elle fut prête elle vint se coucher à mes cotés. J''ai relevé sa jupe et j''ai humé son entrejambe, l''odeur qui s''en dégagé m''excitait. J''aurai voulu voir cet homme la posséder devant moi. Son récit m''avait regonflé, je lui intimais l''ordre d''ouvrir le compas de ses cuisses afin de pouvoir admirer le renflement de sa chatte au travers de sa culotte. Avec mes doigts je faisais pression sur le tissu de sa culotte afin de pénétrer son intimité au risque de la déchirer. J''ai joué ainsi un long moment, puis j''ai fait glisser le tissu sur le coté pour dégager son sexe et mes doigts fouillèrent son vagin sans ménagements. Cela lui procurait des sensations car son ventre allait et venait au rythme de mon intrusion. Sans grande peine, je fus ravi de lui donner autant de plaisir car croyez moi elle en prenait, j''en ai profité pour relever son pull, dégrafer son sous-tif me permettant de téter ses seins, mes doigts reprirent leurs vas et viens dans son ventre et elle partit dans une succession d'' orgasmes qui la laissèrent k-o. Je me suis rapidement dévêtu et le sexe fièrement dressé je me suis placé entre ses cuisses grande ouvertes, les lèvres de sa chatte me faisait penser à une rose ouverte et plaçant mon dard sur cette grotte chaude et humide, je m''enfonçais dans ses chairs les plus intimes très lentement, me délectant de la posséder contre son gré. J''ai profité de son nid douillet de longues minutes, elle avait les yeux fermés mais j''étais sûr qu''elle prenait son pied. D''ailleurs elle répondait à mes assauts en venant au-devant de ma queue et les petits cris qu''elle poussait trahissaient son plaisir, puis sentant la sève monter j''ai accéléré la cadence jusqu''à ce que ne pouvant plus me contenir je lui ai ordonné d''ouvrir les yeux pour surprendre son regard au moment où mon sperme jaillit au fond de son utérus et qu''elle jouit une énième fois. En me retirant quelques minutes plus tard, un filet blanc s''écoula de son sexe violé, je récupérais la semence et la portait à sa bouche pour qu''elle y goûte. Il était presque midi, je l''obligeais à se refaire une beauté, de remettre les mêmes ses vêtements et lui dit : nous allons a V2 (il s''agit d''un centre commercial) tu vas faire un peu d'' exhibition pour moi. Elle voulut refuser mais je ne lui ai pas laissé le choix. Je vous en parlerai dans une suite à venir.

Histoire érotique N.987 écrite par L_ENDURANT24CM
Vos Commentaires :
Vos réactions :

Il n'y a pas encore de réaction à cette histoire porno.
Soyez le premier à réagir !

- Catégorie de ce récit érotique : Fantasmes 


100% Ejaculation Faciale Amateur !


Autres histoires erotiques : Je ne suis plus vierge du cul Sodomie particulière le loft de la luxure chapitre 31 Damien 53 – La 1ère visite en Thaïlande SOUVENIRS D’ENFANCE-Initiation au Sado-Masochisme Poker sexe ma soirée avec Djafar Le cul d''Annick Deux hommes sous la douche Damien 17 – Samba

100% récit prono amateur certifié !

Lire des histoires érotiques de sexe amateur

Histoires érotiques, Des récits cochons et porno pour leplus grand plaisir des amateurs d'histoires ponographiques gratuites.
Erotisme et fantasme pour ces récits cochons !

Tous les couples libertins qui s'exhibent sur mon site sont majeurs.